03 janv. 13

futur moi (premier chemin)

    Jusqu’ici, la route était linéaire, caillouteuse, cahoteuse, j’avançais pieds nus, l’odeur du sang m’est parfois montée à la gorge, se coagulant vite, ne laissant que des cicatrices. Avec le temps, personne ne guérit, le monde se couvre de cicatrices, jusqu’à ce qu’enfin, l’ensemble des blessures ne se rouvre d’un seul coup, dans une douleur aussi violente que réparatrice.   Aujourd’hui, j’ai besoin de t’écrire, même si je ne sais pas à qui je m’adresse. Qui es-tu ?   Tout ce que je sais, c’est qu’un... [Lire la suite]