02 avr. 13

dans la rue

C'était la nuit, peu de monde dans la rue, je rentrais chez moi. Quelque pèlerins attendaient l'ouverture de la boîte de nuit du coin, mais rien de plus. J'étais tranquille, j'aime la nuit, j'aime marcher, voir mon ombre s'étirer au fur et à mesure des lampadaires. Plus qu'une vingtaine de mètres, je te vois. Soudain, ma mine réjouie de cette randonnée urbaine s'assombrit, comme si la lumière artificielle avait diminué de force. Je te reconnais tout de suite, même de dos, je pourrais te reconnaître. Je reconnais la forme de ton... [Lire la suite]