tsamè

 

Quoi qu'il en soit, j'ai bien ri tout au long de la soirée. Je crois bien que ma vie va s'allonger de quelque bonnes heures, ce qui tombe bien, vu que quelque jours plus tôt, je m'étais appliqué à la raccourcir en me fumant une bonne chicha.

 

C'est l'heure du bilan, et puisque c'est maintenant à la mode, il faut noter la soirée passée.

 

Ferrari aura le droit à un bon 18, pour le thème abordé, la religion, pour l'aspect scandaleux de sa lecture de la bible, et pour sa méchanceté incroyablement libératrice, même si en faisant lire des passages de la bible au public, l'un des spectateurs à profité de son micro pour évoquer ses problèmes d'odeur. Ovation de l'auditoire si contente d'être vengée contre ce malfrat. « Ohhh! Je vous laisse cette victoire facile!!! » répond alors Jérémy pour reprendre le contrôle. Peut-être est-ce qu'un show plus long l'aurait encore plus servi.

 

Tsamère, lui, a un incroyable potentiel comique, mais l'a malheureusement mal exploité. Il a joué deux de ses sketchs ultra connus (SuperXérox et la sécurité routière), et n'a pas pu installer l'intrigue de son véritable spectacle en solo, ce que son comparse avait réussi. C'est d'ailleurs toujours le problème avec les bons élèves : dès qu'ils montrent une petite faiblesse, on les saque. Je lui mets un 15, en attendant le DVD.

 

Lecaplain, c'est une autre histoire. Je l'ai senti comme un bouche trou, drôle mais pas exceptionnel. En un mot, je ne me suis pas pissé dessus, alors que ma vessie était tout de même pleine à exploser. Sa place, pour tout dire, aurait été en première partie, à la place de Ferrari.

 

La formule imposait aux humoristes à tronçonner leurs spectacles respectifs, ce qui était dommage, surtout pour Tsamère qui a pâti de la situation.

J'aurais tout de même passé un très bon moment en leur compagnie, en attendant de les revoir (deux d'entre eux, devinez lesquels) en solo.

tsam