Masturbation pour masturbation, je m'en vais me donner du plaisir tout seul, de manière totalement non constructive et vaine.

Imaginons que je gagne au loto. Que je gagne non pas de quoi rembourser mon billet, encore moins de quoi rembourser mes prêts, et pas du tout de quoi rembourser mes parents. Non, imaginons que je gagne un milliard d'euros.
 

3112128837_2_3_YoIZ5nte



La première chose que je ferais, ce sera de me cacher de l'autre côté du territoire. Couper les ponts avec l'ensemble des gens que je connais de prêt ou de loin. Famille, amis, voisins. Tous voudront me le piquer, alors je préfère prendre les devants. Je ne les vois plus, comme ça, ils ne seront pas tentés. Ce que je ferais sera pour leur bien. Manquerait plus qu'ils deviennent envieux de ma réussite pécuniaire.

Pendant un an, donc, je reste calfeutré dans un petit appartement tout en préparant la suite des festivités.

J'en profiterais pour élaborer mes plans, mes désirs de grandeur. Ainsi, je m'achèterais une maison à Fontenay-aux-roses, en région parisienne, pour suivre les traces du génial Jean Floressas des Esseintes, imaginé par Huysmans. Dans un premier temps, cette maison, je la décorerais comme elle l'est dans le roman, pour me rapprocher au plus possible du personnage, et vivre en ermite au milieu de ses excentricités. Orgue à alcools, plantes rares, et tant et tant de choses.
 

3112128837_2_5_07rii3vH



Puis, je m'adonnerais à mon tour à mes propres folies décoratives. Ce sera ma résidence principale, mais je m'achèterais aussi d'autres maisons de vacances, bien-sûr! Sans doutes une sur la côte bretonne pour l'habiter les jours de tempête, une en Belgique, en Suisse, et une autre vers Montréal, à moins que je choisisse un appartement, pour être au coeur de la ville en plein hivers. Il me faudra aussi m'installer à Paris, je pense qu'un petit 200 mètres carrés en plein centre devrait être facilement trouvable. Il y a tant de choses à voir à Paris, de lieux à visiter, de spectacles à admirer qu'il serait des plus dommage de ne pas en profiter un minimum.

Bien évidemment, je ne choisirais que des lieux où le français est la langue officielle, et où le soleil n'est pas trop tyrannique. Je sais pertinemment que le français est parlé au Sénégal, mais le soleil ne me va pas au teint. Si c'est pour se balader en short et chemisette, autant s'en passer.

Dans chacun de ces foyers, il y aura des employés qui auront à leur charge l'entretien et la sécurité des lieux durant mes absences. La sélection sera des plus rigoureuses, tout comme le contrat, parce que si c'est pour se faire voler, ce n'est pas la peine! Peut-être serait-il intelligent d'employer des sans-papiers, comme ça, la peur d'être expulsé dans leur pays en guerre retiendra leurs mains.
 

3112128837_2_7_cZWPC9pp



Une série d'employés me suivront eux-aussi, un coiffeur, un barbier, une esthéticienne qui s'occuperont de ma pilosité, à moins que je décide de passer définitivement au laser pour supprimer la majorité des poils qui n'ont rien à faire sur le torse et dans le dos. Après tout, j'aurais de l'argent pour le faire! Un tailleur aura pour mission de me dénicher, ou de le confectionner mes vêtements, parce que figurez-vous qu'être riche, c'est faire attention à soi. Les pauvres sont moches et mal habillés, il est donc un devoir pour les riches d'être le contraire.

J'aurais évidemment un chauffeur, mais je ne suis pas à la poursuite de grosses voitures. Non, aucun intérêt, mon argent ne saurait être gaspillé dans de telles facéties. J'achèterais donc cash une honda civic, la seule voiture qui donne la peine d'être regardée, et un chauffeur, parce que j'ai toujours la flemme de prendre le volant. Que dire des autres moyens de transport ? Jets privés, yacht ? Je n'en ai cure. Si je veux voguer sur la mer, je prendrais un paquebot, comme tout le monde. A l'extrême limite, je louerais un jet pour les plus longs voyages, mais ce serait tout.

Enfin, dernier employé que j'utiliserais à fond, ce sera un cuisinier. Il sera spécialisé dans les repas exotiques (peut-être est-ce que régulièrement j'en prendrais un nouveau d'une nationalité différente, pour goûter de nouvelles saveurs). En tout et pour tout, je ferais vivre entre 20 et 30 personnes, ça va être fort!
 

3112128837_2_9_qdAldRbe



Avec tout ça, il me faudra des vacances dignes de ce nom. Je pense commencer par les plus belles croisières, les plus belles destinations, mais très vite, la présence d'individus de mon espèce m'agace, j'ai besoin de grands espaces, de solitude et de froid. De désert glacé. Les pôles, suivre les expéditions polaires pour fouler des terres à peine explorées. Etre le seul touriste à admirer ces territoires.

Ma fortune sera telle que je pourrais aussi faire construire un hôtel particulier au fond de la mer, toujours dans cette quête de solitude, et pour finir, j'engagerais mes fonds pour qu'enfin, la Lune accueille une colonie, et pour participer à l'exploration de Mars. Je serais le premier touriste à y poser les pieds.

Mieux, j'aiderais la conquête spatiale, et j'investirais en masse de l'argent pour exploiter les sols de notre beau satellite. Peut-être appellerais-je la NASA, mais je pense que l'avenir est dans le privé, et non plus le gouvernemental. Il suffit qu'un industriel se lance sérieusement dans ce projet pour que les autres suivent, alors pourquoi pas moi ?

Enfin, pour terminer en beauté, je vous rappelle que depuis plusieurs années, j'ai un projet littéraire qui n'attend que d'avoir du temps pour s'épanouir (ou plutôt qui n'attend que que je prenne mon temps pour l'épanouir). Du coup, avec mon argent, j'arrête mon travail, et du coup, je taffe à fond, en peut-être un an, j'ai fini, et toujours avec mon argent, je m'en vais voir les maisons d'édition pour exposer mon projet!

Que la vie serait simple avec de l'argent! D'autant que étant de nature économe, je n'en filerais pas aux oeuvres humanitaires, donc tout le magot ira dans mes poches!

Il me reste plus qu'à jouer au loto... Où à monter une association humanitaire visant à lever des fonds pour ma vie de luxe et d'abondance!
 
(première publication : 2/9/2012)